Juviles

Juviles est une petite commune de 15 km² et environ 180 habitants situé dans la partie haute de la Alpujarra grenadine, entre Trevélez et Los Bérchules, à une altitude de 1260 m. Les fêtes patronales en l’honneur de San Sébastien ont lieu le 20 janvier et celles de la Vierge du Rosario, qui avaient lieu le 7 octobre, sont dernièrement célébrés un week-end du mois d’août afin de profiter de l’arrivée de juvileans émigrés principalement à Barcelone et Pampelune.

Monuments

« Le Fort » (El Fuerte):
Ruines de la forteresse mozarabe construites au VIIIème siècle. La forteresse de Juviles (El Fuerte) a été construite au VIIIème siècle mais il semble que son origine peut être antérieure. Cette forteresse a été très importante pendant le Moyen Âge par suite de son emplacement stratégique, qui servait comme refuge aux localités voisines. Elle a été conquise par Abd-el-Rahman III en 913 pour arrêter la révolte d’Omar Ben Hafsun. Pendant la rébellion des Maures en 1500, Fernando « le Catholique » l’a reconquise et l’a détruit afin d’éviter de futurs rébellions. Entre les XIIème et le XVIème siècle, le Fort a été tête de la « Taha de Juviles », qui englobait 12 endroits et 23 annexes. En 1572 elle a été repeuplée avec de chrétiens arrivés de Castille.
Église Paroissiale
:
Construite  au XVIème siècle, est en pierre apparente. L’église est juste en face d’une place très belle qui est utilisé pour la célébration des fêtes patronales et anciennement pour jouer à la pelote basque. Elle a été récemment élargie avec l’ancien cimetière.
L’écrivain Luis de Mármol Carbajal a raconté dans son œuvre « Histoires de la Rébellion et Punition des Maures dans le Royaume de Grenade » (Historias de la Rebelión y Castigo de los Moriscos del Reino de Granada) des faits qui ont eu lieu dans la place de l’église pendant les fêtes de Noël en 1568. Il s’agit d’une tuerie de musulmans (principalement de femmes et enfants) par les troupes du Roi Philippe II, ce qui détermine en grande partie les excès et la vengeance des adeptes d’Aben Humeya sous les chrétiens qui habitaient la Alpujarra. L’élise a été victime d’un pillage pendant la Guerre Civile et il est dit qu’un retable et des peintures ont été détruits.

Économie

Juviles a traditionnellement eu une économie de subsistance à travers la récolte des produits du champ pour l’autoconsommation.  La culture de céréales a eu une position préférentielle bien que ceci soit antiéconomique à cause de l’altitude de plus de 1000 mètres.
Cette économie précaire était aussi affectée par le manque d’eau pour l’arrosage en été. Malgré le fait que Juviles est arrivé à avoir 500 habitants, il y a eu un grand mouvement migratoire dans les années soixante vers Grenade capitale, Allemagne et les champs d’Almeria mais surtout vers Barcelone et Pamplona, où la plupart de la population de Juviles est arrivée pour se débrouiller et avoir une meilleure vie. Ce fait a presque vidé le village.
L’économie familiale était complémentée par la matanza (abattage de cochons). Tuer deux cochons tous les hivers était une assurance pour la famille. Les cochons étaient nourris aux foyers  avec les produits du champ et les restes de la maison puis ils étaient tués à Noël. Les jambons de ces cochons nourris de manière naturelle et écologique n’étaient pas consommés par les familles mais étaient vendus afin d’obtenir un peu d’argent. La vente de ces jambons est l’origine de certaines entreprises actuelles comme l’est Jamones de Juviles S.A

Parcours

Juviles est un typique village de la Alpujarra. La route qui agit en tant qu’avenue principale divise au village en deux parties : El barrio (le quartier) et El lugar (l’endroit). Il est possible de réaliser de différents parcours ou excursions depuis Juviles :
« Le parcours du Fort » ou La ruta del Fuerte:
« Le Fort » ou El Fuerte  est à une demi-heure. Il s’agit d’une fortification morisque dont nous avons déjà parlée. Si vous montez jusqu’à la cime, vous trouverez les vestiges des constructions arabes. Il y a aussi actuellement une grotte qui sert à citerne. Si vous descendez jusqu’au fond de la grotte, vous trouverez une source naturelle d’eau fraîche et claire qui a traditionnellement servi aux bergers. Outre que ce parcours, il y a beaucoup de légendes d’autres passages secrets et trésors cachés qui sont racontées, comme dans d’autres endroits en Andalousie. 
Vous pouvez continuer votre excursion jusqu’à la bourgade de Tímar, sur l’autre flanc du Fort. Ce petit village avait anciennement des usines textiles où était produit le tapis alpujarreño ou jarapa, fait à base de restes de tissus usés.
Le parcours de Trevélez:
Nous pouvons aussi aller à Trevélez depuis Juviles en passant par la sierra. Il y a un chemin qui nous amène jusqu’au plus haut village de l’Espagne en trois heures à peu près. Les personnes âgées du village dissent qu’il s’agit un sentier de transhumance qui existait à l’époque. Quand nous arrivons à la cime de la sierra de Juviles et juste avant de commencer la descente jusqu’à Trevélez, nous trouvons des l’une des vues le plus merveilleuses de la Alpujarra : le pic Mulhacén et la vallée de la rivière Trevélez. Il y a à Trevelez un parcours-excursion annuel très connu : l’ascension de la « Vierge des Neiges » ou Virgen de las Nieves depuis Trevélez, la nuit du quatre au cinq août.

Services Touristiques

Le Bar de José Reimundo a traditionnellement été l’emplacement où les habitants de Juviles allaient boire de la bière et du vin mais aussi où ils ont conclus des marchés. Actuellement, le bar est toujours ouvert mais ce n’est plus la famille qui s’en occupe. Il est maintenant dénommé « Bar Pensión Fernández » (tél. +34 958 753 030). Vous pouvez aussi manger au « Bar Alonso » ou au restaurant « Bar Pensión Tino » (tél. +34 958 769 174). Si vous voulez y passer la nuit, vous pouvez le faire aux modernes appartements de Juviles (tél. +34 958 769 130).